Association pour la Sauvegarde des Girafes du Niger / ASGN

Aide : la Fondation Le PAL Nature a effectué un virement de 711,90 € à cette association dans le cadre de la Journée des Girafes du 12 août 2020.

82529431_105727937636029_7249348309620359168_n

Depuis 2001, l’Association pour la Sauvegarde des Girafes du Niger (ASGN) accompagne les populations humaines résidant dans la zone d’habitat des girafes, sur le plateau forestier de Kouré. L’un des principes est de favoriser l’implication des hommes dans la gestion de la préservation des girafes en vue d’une cohabitation durable.

Dernières d’Afrique de l’Ouest et uniques représentantes de la sous espèce Giraffa camelopardalis peralta, ces girafes étaient autrefois répandues par milliers du Sénégal au Niger. Décimées par l’extension des zones cultivées, la chasse et la progression de la désertification, leurs populations se sont réduites dans les années 80 au sud-est du Niger dans une zone peuplée, marquée par l’élevage et la culture du mil.

121365481_229362761939212_5349174289031856831_o

En 1996, isolées au sud-est de Niamey, capitale du Niger, les girafes ne sont plus que 49. Elles vivent au contact des hommes et de leur bétail dans l’une des régions les plus densément peuplées du pays, où résident plus de 100 000 habitants. Cette cohabitation entre les hommes et les girafes est difficile et des conflits naissent.

Grâce aux actions de l’ASGN de suivi des girafes et de leur habitat, de sensibilisation et de soutien aux villageois par le développement d’activités génératrices de revenus, à l’amélioration des productions agricoles, à l’installation d’infrastructures collectives et de soutien sanitaire, le nombre de girafes n’a cessé de croître.

127227989_244334567108698_3882708016413657949_n

Seule association en permanence sur le terrain depuis plus de 20 ans et actrice reconnue dans la résolution des conflits homme-animal, l’ASGN a instauré une cohabitation positive entre les populations et les girafes dont le nombre dépasse aujourd’hui les 600 individus.

Plus d’informations :

– sur leur campagne de financement participatif 

– sur leur page Facebook : en cliquant sur ce lien